Bienvenue sur le blog de Citizen Call

Service client, expérience client, digital, humain

Les 100 meilleures questions pour vendre

Les 100 meilleures questions pour vendre

Voltaire recommandait de juger un homme par ses questions plutôt que par ses réponses. Or on présente souvent la vente comme le fait d’apporter une réponse à un besoin. Le bon vendeur ne serait-il donc que celui qui sait apporter les « bonnes » réponses ? Voltaire aurait-il tort (cela arrive aussi aux génies) ?

Non, l’expérience et la pratique que nous avons chez Citizen Call montrent que le bon vendeur est d’abord celui qui sait poser les bonnes questions pour vendre. Savoir poser les bonnes questions pour vendre est tout aussi indispensable lorsque l’on qualifie et gère des leads entrants (lead management) que lorsque l’on fait de la prospection téléphonique directe.

À la fin de l’entretien, c’est le vendeur qui part avec des réponses. Réponses qui lui permettront de faire la proposition commerciale gagnante car répondant le mieux aux attentes du client.

Voici donc notre liste des 100 meilleures questions pour vendre. Nous les avons classées en questions pour commencer un entretien de vente, en questions pour clarifier certains sujets, en questions pour conclure. Nous y avons aussi intercalé nos questions pour vendre qui touchent au cœur.

Car ne nous trompons pas, la vente est une affaire d’émotions. Parfois très directes, ces questions, si elles sont posées avec bienveillance, sont très utiles pour connaître les dessous d’un processus de décision ou pour faire sortir le client de sa posture légitime d’acheteur et le faire devenir « plus vrai ».

Les 100 meilleures questions pour vendre

Les questions pour commencer l’entretien

  1. Pourquoi ?
  2. Par où aimeriez-vous commencer ?
  3. Suis-je la première personne à être informée de ce projet ?
  4. Etes-vous en avance sur la concurrence ou en difficulté ?
  5. Où se situe ce projet dans vos priorités ?
  6. Où devriez-vous être maintenant ?
  7. Pourquoi cela se passe-t-il comme cela ?
  8. Êtes-vous seul sur ce projet ?
  9. Avez-vous des clients ?
  10. Combien de clients avez-vous ?
  11. Est-ce que vous n’avez pas assez d’éléments pour avancer ou bien est-ce que vous n’avez pas les bonnes personnes pour vous accompagner ?
  12. Etes-vous le leader du marché ?

 Les questions pour clarifier et être sûr d’avoir bien compris

  1. Vous avez répondu _________ sur le formulaire que vous avez complété. Est-ce-que vous pouvez développer s’il vous plait ?
  2. Où et quand perdez-vous vos prospects dans votre processus de vente ?
  3. J’ai constaté que vous n’avez pas indiqué avoir de problème avec _____. Est-ce que cela veut dire que tout est parfait dans ce secteur ?
  4. Qu’avez-vous essayé d’autre ?
  5. Que se passe-t-il si vous ne faites rien ?
  6. Qui est votre concurrent le plus dangereux ?
  7. Pouvons-nous changer de sujet pour une minute ?
  8. Pouvez-vous répéter cela ?
  9. Est-ce que j’ai dit cela ?
  10. Quel est le processus aujourd’hui ?
  11. Quelle est la question cachée ?
  12. Quel est le pire qui puisse vous arriver ?
  13. Est-ce que cela a fonctionné ?
  14. Y-a-t-il déjà eu une personne qui n’a pas acheté votre produit quand vous pensiez qu’elle allait et aurait dû le faire ?
  15. Combien de vos clients vous ont recommandé auprès d’autres clients ?
  16. Est-ce tout ?
  17. Est-ce que vos activités sont en hausse, en baisse ou bien stables ?
  18. Puis-je poser une question ?
  19. En quoi êtes-vous le meilleur ?
  20. Qu’entendez-vous ?
  21. Que voulez-vous dire quand vous dites _____ ?
  22. Dites m’en plus.

Les questions pour vendre qui touchent au cœur

  1. D’ordinaire à ce stade, je commence à ressentir une synergie, mais ce n’est pas le cas. Cela vous dérangerait que nous nous arrêtions ?
  2. Ce que vous me décrivez, vous aimeriez que cela arrive ou bien il n’y a pas le choix, cela doit arriver ?
  3. Est-ce que je vous gêne ?
  4. Est-ce que vous vous retenez de me dire quelque chose ?
  5. J’ai posé des questions essayant de trouver un sujet de conversation, mais je n’ai rien trouvé. Dois-je supposer que la vie est parfaite ?
  6. Quels sont les risques pour vous ?
  7. Viendrais-je juste de dépasser une limite ?
  8. Et si je demandais à vos patrons ? Que diraient-ils ?
  9. Supposons que vous ayez doublé votre chiffre d’affaires en 3 mois. Avez-vous su être plus productif ? Ou est-ce que cela veut dire que la moitié de votre effectif est juste en train de tourner en rond aujourd’hui ?
  10. Sérieusement.
  11. Et maintenant quoi ?
  12. Sérieusement ?
  13. Est-ce un test ?
  14. Cela a-t-il toujours été ainsi ?
  15. Est-ce que cela fonctionne pour vous ?
  16. Est-ce que quelqu’un vous a déjà dit que vous étiez génial ?
  17. Etes-vous prêt à prendre votre retraite ?
  18. Est-ce que vous êtes du genre à recommander quelqu’un inconditionnellement ?
  19. Comment vos clients vous nomment ils ?
  20. Que pensent vos clients ?
  21. Que pense votre famille ?
  22. Est-ce que l’opinion de vos employés est vraiment importante ?
  23. Est-ce qu’il arrive que l’on vous dise “non” ?
  24. Avez-vous pensé à trouver un emploi ?
  25. Avez-vous pensé à démissionner ?
  26. Pourquoi n’y-a-t-il pas aujourd’hui une file d’attente de clients attendant impatiemment de pouvoir acheter vos produits ?
  27. Avez-vous pensé à fermer votre activité ?
  28. Comment suis-je supposé réagir à cela ?
  29. Comment puis-je le dire sans vous gêner ?
  30. Comment est-ce arrivé ?
  31. Comment avez-vous fait pour être dans cette activité ?
  32. Combien de temps pouvez-vous rester dans cette activité si elle reste telle quelle ?
  33. Comment répondriez-vous à cette question ?
  34. Hein ? Pardon ?
  35. C’est moi, n’est-ce pas ?
  36. Je suis navré, j’ai pris le dessus dans cette conversation. Allez-y. Posez-moi une question.
  37. Est-ce à propos de moi ?
  38. Est-ce drôle pour vous ?
  39. Est-ce votre conseil d’administration qui dirige ce projet ?
  40. Et si je disais que je n’ai pas pu le faire ?
  41. Et si c’était gratuit ?
  42. Cela ne va pas marcher, n’est-ce pas ?
  43. Est-ce entièrement votre idée ?
  44. Allez-vous être aussi dur avec moi si nous travaillons ensemble ?
  45. Recherchez-vous un style de vie ou bien votre ambition de réussir prime-t-elle ?
  46. Vous ne savez pas ce que vous devez faire ou bien vous ne voulez pas faire ce que vous savez qu’il vaudrait mieux faire ?
  47. Et si vous aviez une baguette magique ? Que feriez-vous ?
  48. Que feriez-vous si vous étiez à ma place ?
  49. Est-ce que vous avez fait cela ou était-ce quelqu’un d’autre ?
  50. Avez-vous appris à faire cela à l’Université ?
  51. Avez-vous un téléphone à clapet ou un smart phone ?
  52. A quand remonte la dernière fois que vous avez travaillé avec quelqu’un comme moi ?
  53. Où vous attendiez-vous à être maintenant ?
  54. Qui est votre vendeur préféré ?
  55. Qui est votre fournisseur préféré ?
  56. Si vous ne faisiez rien, qu’est-ce que cela changerait pour vous ?

Les questions pour conclure la vente

  1. Est-ce que je suis passé à côté de quelque chose ?
  2. Comment allez-vous décider si nous devons travailler ensemble ?
  3. Avons-nous fini ?
  4. Comment avons-nous fini ensemble ?
  5. Comment m’avez-vous trouvé ?
  6. Je pense que je vais passer mon tour.
  7. Je ne suis pas le bon. Ai-je tort ?
  8. Est-ce que tout le monde est d’accord ?
  9. Sur une note de 0 « il est hors de question que je travaille avec vous » à 10 « on commence demain », je me situe où ?
  10. Je suis libre pour commencer lundi prochain, et vous ?

Un grand merci à Rick Robergé dont les idées m’ont fortement inspiré pour réaliser cette liste des « 100 questions pour mieux vendre ».

Qu’est-ce qu’un script d’appel et comment en rédiger un ?

Qu’est-ce qu’un script d’appel et comment en rédiger un ?

La rédaction d’un script d’appel est un passage obligé pour les commerciaux qui veulent réussir leur campagne de prospection.

Si vous parvenez à le rédiger selon les règles de l’art, le script constitue un moyen de conquête et de fidélisation des prospects et clients, à la fois mesurable, économique et efficace.

Ce n’est certainement pas une chose très facile à réaliser, mais lorsque vous en connaissez les rouages, la rédaction d’un script deviendra de moins en moins complexe.

Ce qui nous amène à la question du jour : qu’est-ce qu’un script d’appel et comment en rédiger un ?

Qu’est-ce qu’un script d’appel ?

Le script d’appel, ou script de vente, fait référence à un ensemble de points de discussion prédéfinis et couramment utilisés par les commerciaux et les prospecteurs BtoB lorsqu’ils parlent à des prospects ou clients.

Souvent, les organisations commerciales les utilisent avec des solutions de téléphonie intégrées à un logiciel CRM. Ceci permet aux commerciaux de disposer des points de discussion via un écran contextuel lorsqu’ils lancent un appel téléphonique.

L’avantage d’utiliser un CRM est qu’il fournit en un coup d’œil un historique de tous vos contacts sur un tableau de bord. Grâce à cela, vous pouvez donc personnaliser la conversation prédéfinie avec les précédentes interactions du contact avec votre société.

Pourquoi utiliser des scripts de vente ?

En tant que commercial, vous devez utiliser un script d’appel, et ce, pour de nombreuses raisons.

Grâce à cet outil, vous disposez d’un ensemble de réponses écrites à toutes les situations qui peuvent se présenter. Ainsi, vous ne pouvez pas être surpris(e) par les éventuelles questions ou objections de vos interlocuteurs.

Il faut rappeler que les vendeurs se doivent toujours de rester concentrés. Sans un script bien établi, vous allez facilement oublier l’objectif le plus important de la conversation, à savoir de décrocher un rendez-vous ou l’acceptation d’envoi d’une proposition.

Si le script n’est pas à portée de mains, sur papier ou sur leur écran, vous serez également contraint de vous fier uniquement à votre mémoire, au risque de ne pas vous rappeler des principales fonctionnalités et avantages de votre offre.

Le script d’appel peut donc être considéré comme une carte qui vous aide à arriver à destination, c’est-à-dire à décrocher un rendez-vous ou bien à conclure une vente.

Comment écrire un script d’appel ?

Pour rédiger un bon scénario d’appel commercial, il faut suivre par quelques étapes.

Étape 1 : Fixer un objectif

Il est essentiel de bien définir le but de votre appel, qu’il s’agisse d’effectuer une vente, de fixer un rendez-vous, d’établir des relations avec les clients, de renouveler votre contrat, etc.

Sans objectif, impossible de mesurer vos résultats, mais aussi et surtout de vous assurer que votre script convient bien !

Étape 2 : Se focaliser sur votre offre

L’objectif est de faire correspondre les avantages de votre offre aux besoins de vos prospects. Vous devez donc vous mettre à la place de votre cible pour connaître son point de vue, ses besoins et ses désirs.

Ensuite, il faut vous demander quels sont les problèmes que votre produit peut résoudre.

Imaginez que vous allez prospecter un responsable marketing qui a des difficultés à générer des leads et vous voulez qu’il choisisse vos prestations de marketing digital.

Dans ce cas, vous avez intérêt à vous concentrer sur la façon dont votre prestation va augmenter le trafic sur son site web, plutôt que de mentionner votre haut niveau d’expertise en matière de programmation.

Étape 3 : Anticiper les objections

En énumérant toutes les objections de la part de votre prospect, vous allez pouvoir les utiliser à votre avantage, en rédigeant des réponses pertinentes en fonction de chaque situation.

Parmi les objections les plus courantes, on peut citer le manque de temps, l’argent, la nécessité de l’approbation du patron et l’indécision.

On considère qu’il lead « qualifié » et possède 4 caractéristiques : BANT, pour Budget, Authority, Need & Timing. Il a un besoin défini, un budget, la position hiérarchique pour prendre la décision (Authority), et son besoin est circonscrit dans le temps (Timing).

rediger-script-appel

Avec nos conseils, plus besoin d’avoir peur de la page blanche !

Ce que vous ne devriez pas faire lors de la rédaction d’un script d’appel téléphonique

Lorsque vous rédigez votre script d’appel, faites en sorte qu’il se présente comme un plan, plutôt qu’une page contenant plusieurs paragraphes.

Par ailleurs, votre script d’appel ne sera efficace que s’il permet au client de parler davantage. Une astuce : vous pouvez le concevoir de façon à ce que 80 % des échanges soient focalisés sur le prospect et seulement 20% sur votre produit ou service.

Ne rédigez pas un script téléphonique difficile à comprendre et à apprendre. Il doit être facile à utiliser et permettre d’obtenir une réponse claire.

Autrement dit, choisissez les questions les plus efficaces et plus pertinentes. Ceci améliorera vos chances de comprendre le problème de vos clients et d’y apporter des solutions.

Enfin, comme un script d’appel est écrit, vous pouvez donc bien vérifier qu’il ne contient pas de jargon, lequel est souvent énervant pour vos interlocuteurs. Évitez donc les phrases du genre « Pas de souci Monsieur, nous allons checker cela…», « Rassurez-vous, car il suffit de rebooter le … ». De même, les mots négatifs sont à bannir de votre script d’appel.

Alors, quelles sont les prochaines étapes ?

Il faut toujours garder à l’esprit que, en tant que prospection, vous êtes l’ambassadeur de votre société et, bien souvent, le premier point de contact utilisés par vos prospects.

Vous devez donc rédiger votre script de manière à ce qu’il puisse véhiculer une image positive de vos produits et de votre société. S’il est bien pensé, le script d’appel peut faciliter votre rôle, en professionnalisant vos échanges téléphoniques.

Grâce aux conseils que nous avons cités, vous pourrez bien arriver à rédiger un script répondant aux besoins de vos prospects et optimiser vos chances de décrocher un rendez-vous.

Si, malgré cela, vous n’êtes pas toujours à l’aise avec le téléphone, alors, vous pouvez faire appel à un call center pour vous aider. C’est une solution très prisée et efficace pour garantir une image professionnelle et valorisante de votre entreprise.

Si vous disposez d’une équipe commerciale et que vous voulez l’attribuer à d’autres tâches ou si votre société n’arrive pas à supporter le coût de la mise en place d’un centre d’appel en interne, vous pouvez externaliser votre centre d’appel.

Cette option présente de nombreux avantages. Entre autres, vos commerciaux n’auront plus besoin de rédiger des scripts d’appel ni de faire la prospection téléphonique. Un call center pourra assurer efficacement ces tâches à leur place, avec un moindre coût et un résultat satisfaisant.

De cette manière, ils pourront se concentrer sur les ventes et le suivi continu de leurs clients. C’est l’une des meilleures façons possible pour dépasser vos concurrents et booster votre chiffre d’affaires.

Définition de la prospection : comment améliorer sa croissance

Définition de la prospection : comment améliorer sa croissance

La prospection est la première étape (mais aussi l’étape la plus difficile) du processus de vente.

Elle consiste à identifier les véritables opportunités commerciales dans le but de constituer une base de données de prospects qualifiés. La suite logique consiste à convertir ces prospects en clients potentiels.

Mais quelle est la définition de la prospection et comment améliorer sa croissance en adoptant la prospection digitale ? Voilà la question à laquelle nous allons tenter de répondre dans ce dossier spécial.

Définition simple de la prospection commerciale

La prospection commerciale est le processus par lequel une entreprise acquiert de nouveaux clients, tout simplement.

On distingue ensuite la prospection active de la prospection passive. Si la première consiste à chercher activement de nouveaux clients, par exemple en organisant des campagnes d’appels téléphoniques ou en démarchant les prospects lors de salons, la deuxième vise à laisser les clients venir à l’entreprise, en mettant en place des stratégies d’acquisition client différentes, comme l’inbound marketing.

Maintenant qu’on a fait un peu le ménage, intéressons-nous aux différentes manières de prospecter.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un prospect ?

Avant de répondre à notre question concernant la chasse aux nouveaux clients, il est important de savoir à quel type de cible vous allez vous adresser.

Sachez que la phase de prospection génère trois types de prospects : le prospect froid, le prospect tiède et le prospect chaud.

Cette classification est basée sur le niveau de l’intérêt que votre cible porte à votre offre. Dans certains cas, on parle aussi de taux d’engagement du prospect à l’égard du produit ou service que vous lui proposez.

  • Les prospects froids sont les utilisateurs qui ont visité une ou plusieurs fois les pages de votre site internet pendant une durée de consultation plus ou moins longue.
  • Les prospects tièdes, quant à eux, sont les visiteurs ayant déjà manifesté leur intérêt vis-à-vis de votre offre. En d’autres termes, ils ont déjà entamé une micro-conversion telle que le téléchargement d’un livre blanc, la demande d’une fiche produit ou d’un essai gratuit, l’inscription à un formulaire de contact, etc.
  • Enfin, les prospects chauds sont ceux qui ont déjà franchi une autre étape dans leur processus de vente, comme l’abandon d’un panier, l’appel téléphonique, la demande de renseignement auprès de votre service client, la consultation à plusieurs reprises de votre fiche produit, etc.

À quoi sert de savoir tout cela exactement ?

Cette segmentation est essentielle pour vous aider à mieux cibler votre campagne de prospection. Il est évident que vous n’allez pas concentrer vos efforts sur des personnes qui sont les moins susceptibles de se transformer en clients.

En fonction de l’état d’engagement de chaque prospect, vous pourrez donc choisir le message à passer et le canal de communication adapté (téléphone, email, messagerie instantanée, etc.).

La terminologie moderne anglaise : les leads

Ce n’est pas un secret que les termes anglais envahissent le jargon quotidien, et il en va de même pour tous les aspects de l’entreprise.

Le terme anglais pour désigner le « prospect » est lead, que l’on peut traduire littéralement par « piste », et qui désigne une « piste de prospection ». Ces leads sont classés en fonction de leur place dans le tunnel de vente :

  • Marketing Qualified Lead (MQL) : Il correspond peu ou prou à notre définition du prospect tiède. Il s’agit d’un lead qui a déjà exprimé un intérêt pour une offre
  • Sales Qualified Lead (SQL) : Ici, on parle du prospect chaud. C’est un lead qui est prêt à être transmis aux équipes de vente, pour qu’on lui fasse une proposition commerciale

La définition exacte d’un lead dépend des entreprises : certaines entreprises considèrent qu’une adresse email seule constitue un lead, tandis que d’autres estiment qu’il faut bien plus pour obtenir cette appellation : taille de l’entreprise, nom et prénom, etc.

On parle ensuite ainsi de qualification de leads pour désigner le processus qui consiste à obtenir plus d’informations sur un lead pour le faire passer au statut MQL, puis SQl, et enfin à la vente !

Les différentes méthodes de prospection

Auparavant, les techniques de prospection commerciale ainsi que les outils utilisés permettaient essentiellement de faire de la prospection analogique.

L’équipe commerciale misait surtout sur le porte-à-porte, l’envoi d’un grand nombre de courriers, de prospectus papier, de fax et d’emails. Parmi les solutions les plus prisées, on compte également la prospection téléphonique dans le dur. Il s’agit de faire du « cold calling » ou émission d’« appels à froid ».

L’enjeu est que ces stratégies ne procuraient que de maigres résultats. Dans la plupart des cas, elles génèrent également du stress et de la frustration, non seulement pour les conseillers, mais aussi pour les prospects.

Le fait d’envoyer des emails en masse à des destinataires choisis dans une liste de prospects louée ou achetée n’était pas approprié, car cela constitue souvent une véritable agression pour vos prospects.

Quid alors de la prospection sur le terrain ?

Cette technique marche encore, mais elle consomme énormément du temps et de l’argent, alors que les résultats sont souvent aléatoires.

Grâce à l’avènement du digital, le business connait actuellement une grande mutation. La suprématie de la prospection physique est remise en question et elle semble céder sa place à la prospection digitale.

Le numérique a rendu le prospect, qui était auparavant passif, plus actif. C’est-à-dire qu’il ne se contente plus de rester devant les informations que vous lui fournissez. Il va chercher lui-même les détails quant à votre offre, en utilisant une multitude de canaux de communication.

Pour améliorer sa croissance, votre entreprise est donc obligée de faire évoluer vos équipes commerciales afin de conquérir davantage de prospects avec les moyens digitaux.

Souvenez-vous que comme souvent, il faut évaluer les résultats et ajuster constamment la stratégie pour optimiser votre prospection commerciale !

Miser sur les nouveaux outils de prospection digitale

Si vous voulez aider votre équipe commerciale à réussir sa campagne de prospection, il est recommandé de vous tourner davantage sur d’autres approches digitales telles que l’inbound marketing, l’utilisation d’un CRM, le social selling et le marketing automation.

On appelle prospection digitale ou prospection numérique tous les nouveaux moyens de prospection amenés par les progrès techniques et l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux.

Qu’est-ce que l’inbound marketing ?

Cette stratégie consiste à fournir des contenus personnalisés à vos clients. Vous pouvez par exemple leur proposer un livre blanc en relation avec votre offre.

Le client est ainsi sollicité à laisser quelques informations qui le concernent pour pouvoir le télécharger.

C’est une bonne manière de susciter l’engagement du client vis-à-vis de votre offre, sans utiliser un discours commercial, tout en enrichissant votre base de données.

Le CRM, un outil incontournable pour réussir votre prospection

Le saviez-vous, vos commerciaux doivent généralement réaliser 6 à 9 interactions avec leurs prospects avant de conclure une vente. Il s’agit donc d’un long processus à travers lequel vous ne devrez négliger aucune information venant de vos prospects.

En utilisant un logiciel de gestion de la relation client CRM, vous pouvez facilement y parvenir. Il vous permet d’avoir en un clic les historiques avec chaque prospect, du premier contact jusqu’à la vente.

Grâce à une vision à 360 des parcours de vos prospects, vous pourrez donc connaître leurs besoins et mieux les qualifier.

Le Social Selling

Nul ne peut le nier, les réseaux sociaux constituent une véritable mine d’or pour les professionnels de la prospection commerciale.

Le Social Selling consiste à se connecter avec les acheteurs potentiels via leurs réseaux de prédilection comme Facebook ou LinkedIn.

Là encore, la stratégie est de créer puis de partager de contenus pertinents sur ces plateformes afin de susciter l’intérêt de vos prospects et les orienter dans leur réflexion d’achat.

Le Marketing automation

Les outils de marketing automation permettent actuellement à vos collaborateurs de définir des scénarios en se basant sur les actions déjà réalisées par vos prospects.

Vous pouvez mettre en place une structure digitale qui permettra d’envoyer automatiquement des mails de workflow, avec pour objectif de faire avancer vos prospects dans le tunnel de vente.

Externaliser la prospection pour garantir la croissance de votre entreprise

Prospecter est une opération chronophage qui demande de la rigueur et de la patience. Les commerciaux doivent faire preuve de professionnalisme pour pouvoir séduire les prospects, les convaincre d’établir un rendez-vous et de signer un contrat de vente.

Mais tout le monde ne peut pas avoir cette fibre commerciale, et c’est normal. C’est pour cette raison que les entreprises décident souvent de confier leur prospection commerciale à un centre de contact spécialisé ou « lead center ».

Bien entendu, la question n’est pas de savoir quelle stratégie vous devriez adopter pour assurer la croissance de votre entreprise. L’enjeu se trouve plutôt dans la recherche de la méthode la plus adaptée à votre activité.

Par ailleurs, vous devez parvenir à associer les méthodes traditionnelles et digitales afin d’optimiser tous les canaux utilisés par vos prospects.

Le centre de contact est le mieux placé pour assurer tout cela. Il peut mettre en place un bon CRM, garantir la réussite de votre prospection sur internet et sur les médias sociaux.

En termes de prospection téléphonique, votre lead center pourra encore réaliser des appels plus intelligents qui, contrairement aux appels à froid, sont basés sur la connaissance des clients. Tout cela ne fera qu’augmenter vos chances de décrocher plus de prospects et de générer plus de ventes.

10 conseils pour la mise en place d’un chatbot dans votre centre de relation client

10 conseils pour la mise en place d’un chatbot dans votre centre de relation client

Soutenus par les récents progrès de l’intelligence artificielle, les chatbots viennent actuellement bouleverser les centres d’appels en raison de leur influence grandissante sur la relation client.

Un chatbot est un nouveau collaborateur virtuel capable d’augmenter considérablement vos chances de décrocher des prospects, sinon de décupler vos ventes.

Attention toutefois, car lorsque vous choisissez votre chatbot, il faut vous assurer qu’il peut servir de support client efficace depuis l’avant-vente jusqu’à l’après-vente.

Voici donc 10 conseils utiles pour la mise en place d’un chatbot dans votre centre de relation client.

Conseil N° 1 : Bien définir le cadre du ChatBot

Il ne faut pas adopter un chatbot car c’est tout simplement la tendance du moment. Votre choix doit être dicté par vos attentes commerciales et marketing. Entre autres, vous pouvez choisir d’utiliser cette technologie pour mettre en place un service client disponible 24 h/24 et 7 j/7.

Pour une raison économique, vous pouvez également choisir d’intégrer un agent virtuel dans votre système d’information. Votre assistant peut dans ce cas traiter rapidement les tâches répétitives, réduire le coût de traitement des appels téléphoniques, gérer les pics d’appels, etc. Ainsi, vos collaborateurs seront plus motivés et pourront se focaliser sur les activités à forte valeur ajoutée.

Enfin, un agent conversationnel peut améliorer l’image de votre société en fluidifiant votre relation client digitale et multicanale.

Quelles que soient les raisons pour lesquelles vous choisissez de déployer un chatbot au sein de votre société, l’essentiel est de les définir à l’avance.

Conseil N° 2 : Choisir un chatbot vraiment « intelligent »

De nos jours, il existe encore certains agents conversationnels qui se contentent de réagir à partir de mots clés. Ils ne sont pas capables d’appréhender le sens des requêtes de vos clients.

Il faut toutefois qu’ils soient dotés d’une intelligence artificielle pour pouvoir être efficaces.

Assurez-vous donc que la solution proposée par votre fournisseur de chatbot est dotée d’une intelligence artificielle qui lui permet de comprendre les intentions exprimées par vos clients dans leur requête.

Si l’agent virtuel qu’il vous propose semble par exemple basée sur des programmations et des scripts prédéfinis ou s’il se contente de fournir des réponses automatisées, alors méfiez-vous.

Conseil N° 3 : Bien connaître son fournisseur de chatbot

C’est aussi un élément à ne pas négliger lorsque vous souhaitez choisir un agent conversationnel. Votre fournisseur doit disposer des compétences et une expérience prouvée dans le domaine.

Il doit pouvoir vous fournir des références concernant les chatbots intelligents qu’il a déjà déployés. Son équipe doit aussi intégrer des spécialistes du traitement et de la compréhension du langage naturel, des bot UX designers, des bot trainer, etc.

L’astuce est de bien vérifier les affirmations de vos fournisseurs, plutôt que de vous contenter de leur prétendue expertise.

Conseil N° 4 : Créer un chatbot oui, mais à partir de quelles données ?

Au fur et à mesure que l’agent virtuel interagit avec vos clients, il va enrichir sa base de données et améliorer les réponses qu’il pourra leur fournir.

Mais avant cela, il faut tout de même concevoir votre chatbot, c’est-à-dire qu’il faudra une base de connaissance sur laquelle celui-ci va s’appuyer. Pour ce faire, vous allez vous focaliser sur l’expérience de vos clients existants, faire une étude de leurs besoins et leurs comportements d’achat.

Cette base de connaissance, qui sera évidemment limitée au début, permettra à votre fournisseur d’imaginer et de créer des conversations plus engageantes et qui s’amélioreront au fil du temps.

interaction-chatbot-humain-relation-client

Même si vous dotez votre centre de relation client d’un chatbot, les humains seront toujours au centre de la stratégie !

Conseil N° 5 : Assurer une meilleure fluidité du parcours client

Certes, les agents conversationnels se placent désormais au centre de votre relation client, mais ils ne peuvent pas encore tout assurer. N’oubliez pas que l’intervention humaine reste toujours indispensable à partir du moment où l’agent virtuel n’arrive plus à fournir des réponses à des questions complexes et aux imprécisions.

Il faudra donc une architecture bien élaborée, capable de définir le moment où une requête client doit être transférée à un vrai conseiller. Le plus grand défi est de savoir comment fournir un parcours logique à vos clients. Pour ce faire, vous devez choisir un chatbot qui sera capable d’assurer un transfert de la conversation vers un humain, de la manière la plus fluide possible.

Conseil N° 6 : Tester le chatbot pour le rendre plus performant

Une fois le chatbot conçu, vous devez encore le tester en situation réelle. Votre fournisseur doit faire cela pendant plusieurs dizaines d’heures, en mettant l’agent conversationnel à l’épreuve et en cherchant toutes les tournures envisageables des questions qui pourraient être posées par vos clients.

Cette étape ne doit pas être prise à la légère, car elle permet d’évaluer votre chatbot en live. Bien entendu, certains ajustements seront indispensables pour que votre agent virtuel ne déçoive pas vos clients et pour l’améliorer au fur et à mesure que les tests sont réalisés.

Conseil N° 7 : Entraîner le chatbot et planifier son déploiement

Même si votre agent virtuel a fait l’objet de plusieurs tests, il ne faut pas vous presser de le déployer.

Il vous faut un planning qui vous permet de le roder au sein de votre centre de contact. Sa mise en place doit être progressive et il doit mettre en musique tous vos processus transactionnels métier.

Prenez le temps de lancer des passerelles vers vos systèmes de gestion de commande, vos flux financiers, vos stocks et d’autres applications tierces comme le CRM.

On insiste sur le fait qu’un agent conversationnel déployé à la va-vite peut rapidement affecter l’image de votre société et dévaster l’expérience client.

Conseil N° 8 : Demander toujours l’avis des clients et de vos collaborateurs

Ça y est, vous avez maintenant un chatbot intégré au sein de votre centre de contact ? Sachez que la tâche ne s’arrête pas là. Vous devez demander les retours d’expériences de la part de ses utilisateurs et de vos conseillers.

Vos clients ont-ils constaté des bugs ? Est-ce qu’ils avaient des difficultés à utiliser votre chatbot ? Est-ce qu’il n’arrivait pas à rediriger correctement les demandes complexes vers vos conseillers ?

Les avis, qu’ils soient positifs ou négatifs, vous aideront améliorer davantage le service fourni par votre agent virtuel.

Conseil N° 9 : Proposer des formations adaptées à vos collaborateurs

La formation de vos collaborateurs est une étape incontournable lorsque vous lancez un nouveau projet. Et le déploiement d’un chatbot n’échappe pas à cette règle.

Dans ce cas précis, la formation doit se faire à tous les niveaux de votre organisation. En effet, vos collaborateurs doivent savoir que les chatbots ne visent pas à les remplacer, mais plutôt à les épauler afin d’améliorer l’expérience client.

Conseil N° 10 : Savoir mesurer les performances du chatbot intelligent

Les indicateurs de performances (KPI) et les tableaux de bord sont essentiels pour vous permettre de suivre l’activité de votre agent virtuel.

Parmi les KPI les plus utilisés, on compte par exemple le nombre d’appels que le chatbot a traités, le nombre d’appels perdus, le niveau de compréhension des utilisateurs, le délai moyen de traitement des appels et le taux de non-réponse.

Bien entendu, les KPI ne sont pas les mêmes pour tous les assistants virtuels.

À vous donc de déterminer ceux qui sont les plus pertinents en fonction de votre activité. Ainsi, vous pourrez mesurer les résultats de votre chatbot, déterminer les points bloquant et l’améliorer en continu.

Comment construire un argumentaire de phoning BtoB ?

Comment construire un argumentaire de phoning BtoB ?

Souvent, on pense que la prospection téléphonique est une stratégie commerciale dont le but est de vendre directement un produit ou un service. Mais en réalité, notamment en matière de BtoB, le téléphone est surtout utilisé pour décrocher des rendez-vous commerciaux.

Et si vous voulez vous imposer face à vos concurrents, il vaut mieux disposer d’un bon argumentaire téléphonique. Découvrez nos conseils et astuces efficaces pour construire un argumentaire de phoning BtoB !

Deux choses à savoir avant de vous lancer

Avant de monter votre argumentaire téléphonique, il convient de vous poser les deux questions suivantes :

Savez-vous très bien ce que vous allez dire ?

Certains commerciaux expérimentés peuvent savoir quelle est la bonne approche à adopter, les bons mots à utiliser et les réflexes qu’il faut avoir lorsqu’ils appellent un client. C’est vrai, mais ce n’est pas le cas de tout le monde, surtout pour les novices en matière de prospection.

Pourtant, sachez que la plupart de vos prospects décident dans les premières secondes d’un appel s’ils doivent raccrocher ou poursuivre la conversation avec vous. Pour ne rien laisser au hasard, écrivez donc ce que vous allez dire pendant les 10 premières secondes de votre appel. C’est à la fois simple et efficace !

Que représente votre offre pour le prospect ?

Souvenez-vous également que vos prospects se soucient peu de ce que vous vendez. Ils ne s’intéressent qu’à ceux qui résolvent leurs problèmes. Vous devez donc utiliser les atouts de votre offre (produit ou service) comme une solution qui répond aux besoins réels de vos prospects. C’est ce qu’on appelle une proposition de valeur.

Comme on le dit souvent : un bon vendeur est quelqu’un qui sait résoudre les problèmes de son client dans le but de vendre son offre.

Maintenant, comment construire un argumentaire de vente ?

Le succès d’un argumentaire téléphonique est basé sur le script que vous allez devoir rédiger.

Ce dernier doit être bien structuré, hiérarchisé et apporter de la valeur à votre offre. Celui-ci doit répondre aux trois questions suivantes :

  • Qui êtes-vous : préparez une introduction brève mentionnant votre nom et celui de votre entreprise.
  • Pourquoi appelez-vous ? La raison de votre appel doit être claire. C’est également l’occasion de présenter les bénéfices qui peuvent être apportés par votre solution au regard des besoins réels du prospect.
  • Que demandez-vous ? En toute logique, vous devez demander un rendez-vous commercial afin d’exposer plus en détail votre offre et faire avancer votre client dans votre tunnel de vente.

Un exemple d’argumentaire de phoning BtoB

Voici un exemple d’argumentaire, à adapter bien sûr à votre propre entreprise. Ici, nous prenons l’exemple d’un cabinet de recrutement.

« Bonjour M. X. Je m’appelle [Nom et Prénom] et je suis un recruteur de cadres, c’est-à-dire un chasseur de têtes. Mon entreprise est à la recherche d’un professionnel comme vous, mais je vois que vous n’avez pas la chance de compter dans notre liste de candidats potentiels. J’ai donc une opportunité à vous proposer, ce qui vous permettra d’exceller davantage dans votre domaine. Qu’en pensez-vous ? »

Cet exemple pourrait fonctionner que le candidat soit un PDG, un vendeur ou un assistant personnel. Il suffit tout simplement de personnaliser votre message grâce à vos recherches concernant la cible.

Avant de passer l’appel, voici donc les outils dont vous aurez besoin :

  • Une liste de prospects dans laquelle se trouve le nom des prospects potentiels. Pour avoir les informations concernant ces derniers, il est plus facile d’utiliser un CRM ou logiciel de gestion de la relation client.
  • Un script d’appel.
  • Un outil pour noter les informations. Là aussi, vous pouvez vous mettre à jour directement votre CRM pour ne rien oublier.
  • Et bien entendu, un téléphone.

N’oubliez pas d’anticiper les objections du genre : « Nous travaillons déjà avec un concurrent… » « Ce n’est pas notre priorité pour le moment. », « Écrivez-moi vos informations » ou « Pas intéressé ».

Grâce à cela, vous pouvez lister les réponses à fournir au cas où la situation se présenterait.

Autres astuces pour augmenter vos chances de réussir

Tout bon vendeur vous le dira : la prospection par téléphone demande beaucoup de persévérance.

Dans bien des cas, vous n’allez pas décrocher un rendez-vous après avoir contacté une ou deux fois un prospect. Si vous n’arrivez pas à le joindre, laissez donc quelques messages vocaux.

S’il ignore un ou deux de vos messages vocaux, cela ne signifie pas que le prospect n’est pas intéressé par votre offre. Certains vendeurs expérimentés affirment qu’il faut laisser 7 à 10 messages vocaux avant d’obtenir une réponse, même s’il s’agit d’un client potentiel.

Et lorsque vous avez un retour positif de la part de votre prospect, vous devez respecter vos engagements téléphoniques.

Ainsi, ne manquez jamais le rendez-vous qu’il vous aura accordé. Cela semble évident, mais sachez que de nombreux vendeurs négligent le suivi de leurs prospects. Pour éviter cela, enregistrez tous les détails pertinents de votre discussion dans votre CRM, et ce, dès que vous raccrochez le téléphone.

Le sourire s'entend au téléphone

Quoi que vous disiez et quel que soit le motif de votre appel, n’oubliez pas que le sourire s’entend au téléphone !

Le prospect a-t-il répondu qu’il utilisait déjà un concurrent ? Est-ce que vous avez déjà établi des liens autour d’un sujet spécifique ? Il semble intéressé par votre offre, mais il souhaite encore avoir plus d’informations pour pouvoir décider ?

Enregistrez tout cela dans votre CRM pour pouvoir l’afficher rapidement dans votre prochain appel et appelez le prospect le jour que vous avez promis. Ainsi, vous ne laisserez aucune opportunité commerciale glisser entre les mailles de votre filet.

Enfin, n’oubliez pas que c’est seulement la pratique qui vous rendra parfait. Bien entendu, vous n’allez pas maîtriser votre argumentaire le premier jour de votre travail. Comme pour toute chose, vous aurez besoin du temps pour perfectionner votre métier, apprendre à mieux connaître vos produits et identifier les meilleures approches à adopter.

Pourquoi ne pas faire appel à un « lead center » ?

Si vous êtes novice dans le domaine de la prospection téléphonique, ou bien si vous ne disposez pas assez de ressources pour réaliser localement cette tâche, vous avez une autre option : l’externalisation de la prospection téléphonique.

En d’autres termes, vous allez confier la recherche de prospects, la conception des arguments, les appels et le suivi téléphoniques à un « lead center ».

Pendant des années, les marques se fiaient uniquement à leurs commerciaux pour faire de la prospection téléphonique. Aujourd’hui, nous sommes à l’ère du numérique, et environ deux tiers du processus d’achat est effectué via internet.

Selon une étude menée par Roland Berger, les entreprises les plus matures dans le domaine du numérique peuvent augmenter jusqu’à 6 fois plus leur chiffre d’affaires par rapport à celui des entreprises les moins matures.

Pour trouver des prospects qualifiés et des informations pertinentes qui les concernent, le lead center peut donc utiliser de nombreux canaux digitaux comme les formulaires web, le chatbot, etc. Grâce à cela, votre lead center pourra monter des argumentaires de ventes plus efficaces. Cela fera augmenter le taux de conversion de vos prospects en client, et donc boostera vos chiffres d’affaires.

Comment construire un argumentaire de vente ?

Comment construire un argumentaire de vente ?

On dit souvent que les commerciaux les plus performants sont des vendeurs nés. Si vous pensez aussi comme eux, alors détrompez-vous, car ce n’est souvent pas vrai.

Les meilleurs vendeurs ont tout simplement une formule … un argumentaire de vente qui est à la fois répétable et évolutif. C’est grâce à cela qu’ils gagnent de nouvelles affaires, avec simplicité.

Alors, comment construire un argumentaire de vente gagnant ? Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous partager notre formule éprouvée.

Tout d’abord, connaissez-vous bien votre cible ?

Un argumentaire réussi doit permettre d’établir une relation avec vos clients potentiels et démontrer comment votre produit ou service offre une solution directe à leur problème.

Vous avez donc intérêt à vous concentrer sur ce besoin non satisfait, en cherchant à savoir pourquoi il constitue un problème important pour votre prospect.

De nombreux outils vous permettent d’en savoir plus sur votre cible, comme la recherche Google, son site Web, son profil LinkedIn, ses messages sur Twitter.

Pour optimiser la connaissance de votre client, vous avez un bon allié : le CRM ou logiciel de gestion de la relation client. Cet outil vous permet de stocker l’ensemble des interactions réalisées par chacun de vos prospects avec l’équipe marketing, le service comptable, les commerciaux, etc.

Il vous suffit de quelques clics sur votre PC ou smartphone pour avoir une vision à 360° du prospect que vous souhaitez conquérir et pour exploiter facilement les données à votre disposition.

Bref, il n’y a donc aucune excuse pour ne pas bien connaître votre prospect avant de vous présenter.

À quoi sert tout cela exactement ?

Une meilleure connaissance du client vous aide à mener facilement et de façon positive votre première approche avec lui.

Lors de la prise de contact, qui est la première étape de l’entretien, vous devez donc vous présenter comme si vous connaissiez bien votre contact, c’est-à-dire qu’il n’a pas été choisi au hasard parmi une longue liste de prospects.

Cela vous permet également de passer rapidement la seconde étape de l’entretien. Lors de cette phase, vous allez développer une relation personnalisée avec votre interlocuteur, en éliminant les barrières sociales et en créant un véritable esprit de collaboration.

L’étape suivante consiste à la présentation de votre argumentaire de vente proprement dit.

Si vous arrivez à passer correctement ces différentes étapes, elles devraient conduire naturellement à la conclusion de la vente.

Comment construire un argumentaire de vente ?

Notez qu’un argumentaire de vente doit être hiérarchisé et bien structuré. Voici quelques étapes simples que vous pouvez suivre pour y parvenir.

Étape 1 : Déterminez et classifiez les caractéristiques de votre offre

En partant du principe que vous connaissez bien l’offre que vous proposez, vous pouvez ranger ses caractéristiques sous plusieurs catégories, à savoir :

  • Les caractéristiques techniques : il s’agit de la conception, la fabrication, les performances, le fonctionnement, etc., de votre produit ;
  • Les caractéristiques commerciales : Combien coûte votre produit ? Quel est le mode de livraison et de règlement ? Quels sont les garanties et le service après-vente ? Etc. ;
  • Les caractéristiques relatives à l’entreprise : vous devez bien savoir et lister la notoriété, la localisation géographique, la structure, la taille, etc., de votre établissement.

Étape 2 : Faites un inventaire des avantages apportés par votre offre

Cette étape consiste à lister les bénéfices et avantages fournis par votre produit ou service à votre cible en particulier. Exprimez-vous clairement et mettez en avant les avantages qui pourraient véritablement motiver votre interlocuteur.

N’oubliez pas d’anticiper les éventuelles questions et objections du prospect. Le mieux serait de faire une liste des 10 principales raisons pour lesquelles il pourrait dire qu’il n’a pas besoin (ou ne veut pas) de votre offre. Ainsi, vous pourrez mieux préparer les réponses que vous devrez avancer.

Comme tout bon scénariste, vous devez avoir réponse à toutes les oppositions de vos contacts, en avance. Et bien sûr, vous toujours réévaluer votre script en fonction des résultats.

Étape 3 : Démontrez que votre proposition de vente et à la fois unique, attractive et exclusive

Il est temps maintenant de montrer à votre interlocuteur comment les solutions dont il dispose actuellement ne résolvent pas correctement son problème. Puis, livrez votre proposition de valeur en guise de solution plus efficace.

Vos propos doivent expliquer clairement la différenciation de votre offre, car c’est ce qui va inciter le prospect à la choisir.

Si ce dernier ne semble pas encore suffisamment intéressé et s’il est possible de comparer votre offre à celle de la concurrence, alors n’hésitez pas à le faire.

Enfin et surtout, pratiquez toujours avant de vous lancer

Lors de l’entretien avec votre prospect, faites attention, car celui-ci n’aime pas recevoir une présentation à sens unique qu’il doit écouter pendant des dizaines de minutes. Alors, soyez bref pour éveiller sa curiosité et engagez toujours une conversation bidirectionnelle.

Grâce à quelques pratiques, vous arriverez à évaluer la durée et la pertinence de votre présentation.

On n’insistera donc jamais assez, exercez-vous assez souvent à présenter votre argumentaire de vente en face vos collègues par exemple. Lorsque vous n’êtes plus bloqué lors de la pratique, vous êtes donc prêt à faire la présentation de l’argumentaire à votre cible.

Autre conseil : Si vous êtes le seul commercial dans votre entreprise, n’hésitez pas à consulter certains experts qui y travaillent et qui connaissent le mieux l’offre que vous allez présenter. Il peut s’agir d’un technicien, un ingénieur ou le dirigeant.

Grâce à cela, vous allez obtenir des informations commerciales précieuses concernant le produit et les avantages qu’il peut procurer à vos prospects.

Conclusion

Vous l’avez donc compris, un argumentaire de vente doit regrouper et indiquer un ensemble d’éléments qui vous aideront à soutenir votre offre lorsque vous serez en face d’un prospect.

Avant d’en construire un, vous avez donc déjà des informations pertinentes sur votre cible et vous vous êtes posé de nombreuses questions.

Le jour J, vous faites preuve d’écoute active et vous mettez tout en œuvre pour comprendre ses besoins profonds.

Ainsi, et grâce aux informations recueillies, vous pouvez donc engager un échange positif et entamer votre argumentation commerciale, en démontrant en quoi votre offre est celle dont il a le plus besoin !

10 phrases d’accroche pour la prospection téléphonique

10 phrases d’accroche pour la prospection téléphonique

L’utilisation des mots et expressions appropriés lors d’un appel de vente a une grande influence sur le résultat. C’est la seule manière d’accrocher le prospect puis de le convaincre à aller plus loin … à vous accorder le fameux rendez-vous.

Voici pourquoi nous vous présentons ci-dessous 10 phrases d’accroche pour la prospection téléphonique. Vous pouvez les utiliser dans un premier temps pour renforcer vos compétences et obtenir plus de rendez-vous. Cela vous donne également une période de temps suffisante pour exceller dans votre domaine.

Qu’est-ce que la prospection téléphonique ?

Pour les commerciaux, la prospection téléphonique est la partie la plus difficile du processus de vente. Mais lorsque vous la maîtrisez, elle constitue le moyen le plus rapide de vous construire un pipeline de vente.

Auparavant, la téléprospection consistait à faire des appels à froid ou « cold calling ». Autrement dit, il suffisait d’appeler quelqu’un que vous connaissez très peu et qui, dans la plupart des cas, ne vous connaissait pas.

Cette méthode n’est plus efficace, étant donné qu’il n’y a pas de relation ni de confiance entre vous et votre prospect.

De nos jours, et grâce au développement des logiciels de gestion de la relation client (CRM), l’avènement d’internet et des médias sociaux, il est plus facile que jamais de s’informer préalablement sur vos prospects. Ceci vous permet de passer des appels plus intelligents ou « smart calling » et d’optimiser vos chances de réussir.

La téléprospection est souvent une tâche difficile et délicate.

C’est pour cette raison que de nombreuses sociétés la confient à un prestataire externe spécialisé, communément connu sous le nom de « lead center ». Ce dernier dispose des outils nécessaires et d’une équipe compétente pour mener à bien votre campagne de prospection téléphonique.

Objectif : obtenir des rendez-vous

Avant d’examiner en détail les meilleurs mots à utiliser pour attirer rapidement l’attention de votre interlocuteur, il convient de noter une chose importante. En effet, l’objectif ultime de la téléprospection n’est pas de vendre un produit, mais plutôt de décrocher un rendez-vous commercial.

Et pour que cela réussisse, vous devez avoir une certaine capacité à communiquer et surtout connaître la personne que vous allez appeler.

Selon le groupe Gartner, dans une entreprise qui compte 100 à 500 employés, environ 7 personnes seulement sont responsables de la plupart des décisions d’achat. Il est donc essentiel pour vous de nouer des contacts avec celles-ci.

On insiste donc sur le fait qu’il faut vous renseigner à l’avance et le plus possible sur vos cibles.

Autre chose : vous devez aussi avoir de bonnes compétences en communication. D’une part, le prospect à qui vous parlez ne peut pas voir le langage de votre corps ni les mouvements de votre visage. Il se fie donc à ce que vous dites ainsi qu’à la façon dont vous parlez pour vous faire comprendre pleinement.

Enfin, retenez que les vingt premières secondes à partir du moment où le prospect va décrocher son téléphone vont déterminer toute la suite. Autrement dit, vous n’avez que très peu de temps pour faire bonne impression et faire comprendre le sujet de votre appel. C’est notamment pour cette raison que vous devez avoir une bonne phrase d’accroche.

Quels doivent alors vos premiers mots pour décrocher un rendez-vous et évidemment accroître votre chiffre d’affaires comme un pro ?

Le sourire s'entend au téléphone

Quoi que vous disiez et quel que soit le motif de votre appel, n’oubliez pas que le sourire s’entend au téléphone !

10 phrases d’accroche pour la prospection téléphonique

Maintenant que nous en venons au véritable sujet de ce dossier, il y a une chose que vous devez retenir : il n’y a pas de recette miracle en matière de téléprospection.

À vous donc d’adapter les quelques exemples que nous allons vous fournir en fonction de votre secteur d’activité et votre besoin.

Pour vous aiguiller dans la création de phrase d’accroche percutante, vous pouvez par exemple commencer par :

Bonjour Monsieur/Madame […], je suis […], de la société […].

Ensuite, vous pouvez poursuivre avec l’une des dix phrases suivantes :

  1. […] J’ai fait quelques recherches en ligne et j’ai découvert que votre entreprise est en train de […]
  2. […] Un de mes clients, [nom de la personne et de sa société], m’a dit que vous recherchiez le meilleur choix pour […]
  3. […] Je regardais votre profil d’entreprise sur LinkedIn et j’ai vu que l’un de vos projets majeurs cette année est […]
  4. […] Nous travaillons actuellement avec deux entreprises de taille similaire et dans le même secteur que la vôtre et elles rencontrent deux problèmes majeurs. Je me suis demandé si ceux-ci vous inquiétaient aussi […]
  5. […] J’ai lu un message que vous avez posté sur [nom du réseau social] l’autre jour, concernant notamment […] »
  6. […] J’ai lu votre rapport annuel sur votre site internet la semaine dernière et j’ai constaté que vous projetez d’étendre vos opérations dans […]
  7. […] En lisant le blog de votre entreprise, j’ai remarqué que vous aviez eu de bonnes critiques de la part de vos clients sur votre nouveau [produit] et je me demandais… »
  8. […] Lors du salon [nom et date de l’évènement], j’ai parlé à l’un de vos responsables d’affaires et il m’a dit qu’une gamme de votre produit doit actuellement faire l’objet d’une campagne marketing. Dans ce cas, notre société peut […]
  9. […] Pouvez-vous m’accorder juste trois minutes pour que je puisse vous parler du [produit] dont vous avez récemment téléchargé la brochure sur notre site internet ?
  10. […] Nous venons de travailler avec la société [concurrent] et avons obtenu [résultats] avec eux. Avez-vous cinq minutes maintenant, ou plus tard, pour que je puisse vous expliquer comment la vôtre peut-elle atteindre le même objectif, voire le surpasser ?

Quelles conclusions peut-on tirer de ces exemples ?

Dans tous les cas, ils montrent que vous vous intéressez à votre interlocuteur et que vous avez passé un certain temps à trouver une bonne raison de les appeler.

Les sites internet et les réseaux sociaux constituent une mine d’informations pour vous renseigner sur vos prospects.

NB : Selon les statistiques de Vorsight, une société spécialisée en marketing B2B, si le prospect que vous appelez appartient au même groupe LinkedIn que vous, alors vous avez 70 % de chances supplémentaires de pouvoir gagner sa confiance et d’engager la conversation.

Comme vous l’aurez sûrement constaté, il est également essentiel d’établir une connexion mutuelle entre vous et votre prospect. Cela vous donne une crédibilité instantanée et suscitera sa curiosité pour votre offre de produit/service.

N’hésitez donc pas à utiliser ces exemples. Si besoin, écrivez et lisez votre phrase d’accroche. Ainsi, vous ne risquez pas d’omettre quelque chose ni de vous perdre. Cela ne veut pas pour autant dire que vous devez la lire mot pour mot pendant l’appel, comme si vous l’aviez préparé à l’avance.

Et un dernier conseil ! Pour prospecter comme un pro, il faut beaucoup de pratique. Bien que la prospection téléphonique ne soit jamais très amusante, il faut vous exercer pour vous améliorer.

Conclusion

Vous souvenez-vous de la première fois où vous vous êtes mis au volant d’une voiture ? Au début, vous caliez, non ?

Pour devenir bon conducteur, il vous fallait encore apprendre la conduite, le code, la manière de passer les vitesses, etc. Pourtant, aujourd’hui, vous faites tout cela automatiquement sans même vous en apercevoir.

De même, les 10 phrases d’accroche que nous avons fournies vous permettront d’adopter les bonnes méthodes en automatisme sur le long terme. Au fur et à mesure que vous aurez de l’expérience, l’inconscient va prendre le relai et vous décrocherez sans aucun doute plus de rendez-vous.

Relance téléphonique client : exemple pratique

Relance téléphonique client : exemple pratique

Le processus de vente commence dès qu’un prospect entre en contact avec vous. C’est une étape incontournable, mais il est rare que vous arriviez à vendre votre produit du premier coup. Et même lorsqu’il a acheté auprès de votre enseigne, vous voulez toujours vous assurer qu’il revienne.

D’où la nécessité de relancer vos prospects et clients. En effet, la relance téléphonique demeure d’actualité même si elle est souvent négligée ou malmenée. La grande question est : comment la réussir ?

Voici donc quelques exemples de relance téléphonique client pour vous aider à développer vos ventes !

Règles de base de la relance téléphonique

Tout vendeur expérimenté vous le dira : un prospect qui a promis de reprendre contact avec vous tient rarement parole. C’est à vous de prendre le devant, en procédant à sa relance, une, deux, trois, voire dix fois si cela s’avère nécessaire.

Votre motivation joue donc un rôle crucial, mais cela ne suffit pas toujours. Il faut aussi quelques techniques et une bonne préparation pour relancer efficacement un prospect ou un client, sans être trop insistant ou harcelant.

Dans les lignes qui suivent, nous allons vous donner un exemple que vous pouvez utiliser pour atteindre cet objectif. Mais cela ne vous servira à rien si vous ne disposez pas de quelques qualités humaines.

L’essentiel est de savoir bien réagir face à un prospect mal disposé, de connaître exactement ce que vous devez dire pour toucher votre cible et de persévérer même après un échec.

Utilisez un CRM pour ne rien oublier

Nombreux sont ceux qui négligent la relance des clients, tout simplement, car c’est souvent une tâche chronophage. C’est notamment le cas lorsque les commerciaux doivent faire face à un volume trop important de cibles à prospecter.

Pourtant, n’oubliez pas que le fait de relancer un client revient beaucoup moins cher que d’en trouver de nouveaux.

Il y a aussi un élément important à retenir : si vous oubliez vos clients, ils vous oublieront de même.

Vous avez un tas de prospects et que vous ne souhaitez pas manquer une relance ? Sachez qu’il est bien possible d’utiliser un logiciel de gestion de la relation client ou CRM. Ce genre d’outil vous permet de suivre vos clients et collecter certaines informations sur eux (produits consultés, géolocalisation, etc.) afin de pouvoir les relancer au bon moment, avec des messages personnalisés.

Mieux encore, vous pouvez utiliser cet outil pour réengager efficacement et automatiquement vos clients via d’autres canaux comme le mobile, l’e-mail, les notifications desktop, etc.

Les démarches à suivre

Une relance téléphonique a pour but d’améliorer votre relation client et de multiplier vos opportunités de vente. Pour mener à bien cette opération, il convient de suivre quelques étapes.

Dans un premier temps, vous devez établir un planning de relance, puis rédiger vos scripts de relance téléphonique.

Ensuite, vous pouvez passer des appels sortants et rédiger un compte rendu détaillé concernant les contacts relancés.

Les données collectées pourront alors être analysées pour déterminer les points forts et les points à améliorer en vue d’optimiser les relances suivantes.

NB : La rédaction d’un script téléphonique est un élément déterminant de la réussite de votre appel. Dans ce qui suit, nous allons donc vous proposer une phrase simple qui vous permettra de faire une relance téléphonique de façon simple, mais efficace.

Relance téléphonique client : exemple pratique

Vous avez décroché un rendez-vous téléphonique ? Bravo même si vous n’avez pas pu vendre votre offre lors de ce premier contact.

Du moment que vous avez eu l’occasion de proposer votre offre, vous pouvez alors faire une relance commerciale.

La première chose à ne pas oublier est de rappeler au téléphone qui vous êtes et de faire un petit résumé de votre rendez-vous précédent. Assurez-vous de mettre toujours en avant les bénéfices du client à l’égard de votre offre.

De manière très simple, vous pouvez par exemple utiliser la phrase suivante :

« Bonjour Mr X, je me permets de vous contacter pour m’assurer que vous disposez de toutes les informations dont vous avez besoins pour avancer au sujet de (…). ».

Ou bien, vous pouvez dire :

« (…) Avez-vous des questions complémentaires au sujet de notre offre ? ».

Grâce à cette approche, vous poussez votre contact à exprimer un sujet qui le préoccupe ou une éventuelle dernière objection avant d’acheter votre produit.

Si vous constatez qu’il est prêt à avancer dans son parcours d’achat, vous pouvez donc passer à la phase de conclusion de vente. Sinon, vous pouvez proposer un rendez-vous dans le but de faire une autre mise au point.

Dans tous les cas, l’essentiel est de rester professionnel et courtois tout au long de la discussion.

relance offre commerciale

Externaliser votre service de relance client

La relance téléphonique ne sert pas seulement à la prospection, à l’instar de notre précédent exemple. Elle peut aussi être utilisée pour :

  • Proposer une invitation à un salon, une journée porte ouverte, etc.
  • Préserver une relation commerciale
  • Apporter de l’information à propos de vos produits et services
  • Féliciter votre prospect pour une action qu’il a réalisée en votre faveur
  • Etc.

Vous devez donc adapter votre technique en fonction de l’objectif visé, et ce n’est pas toujours une chose aisée.

Auparavant, on faisait appel à une poignée d’étudiants ou de stagiaires qui n’utilisaient que des scripts de relance bien rôdés sans pouvoir en sortir. De nos jours, on assiste à une professionnalisation du métier et l’efficacité est devenue maître mot.

C’est pour cela que de nombreuses entreprises choisissent actuellement de se fier à des centres d’appels. Ceux-ci possèdent une équipe compétente et les ressources nécessaires pour assurer une qualité de contact optimale entre votre entreprise et vos clients.

Se fier à un tel spécialiste peut donc être considéré comme l’une des meilleures solutions si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté et réussir vos relances téléphoniques.

Conclusion

Relancer un prospect ou un client sans le harceler est un véritable défi pour les commerciaux de nos jours. Pourtant, ce défi peut rapporter gros à votre entreprise si vous maîtrisez quelques techniques de base.

Notez également que la relance d’un client peut désormais se faire via d’autres canaux. Pour plus d’efficacité, pensez donc à varier vos approches. Vous pouvez par exemple faire une relance par téléphone, puis par e-mail, puis via les réseaux sociaux.

Enfin, l’essentiel est de programmer régulièrement des campagnes de relance. Ne vous attendez jamais à ce qu’un prospect qui vous a dit de vous rappeler va le faire. Appelez-le avant qu’il ne vous appelle et ne vous découragez jamais tant que votre prospect n’a pas confirmé son désintérêt vis-à-vis de votre produit.

Au vu de tous ces enjeux, il est donc recommandé de vous fier à un centre spécialisé dans le domaine pour réaliser toutes ces opérations selon les règles de l’art.

Gestion de prise de rendez-vous : quelles solutions ?

Gestion de prise de rendez-vous : quelles solutions ?

Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, la génération de prospects est déjà une tâche difficile.

Mais le nerf de guerre reste la conversion des contacts générés en rendez-vous commerciaux. Il n’est donc pas question de négliger une opportunité, même lorsque vous faites face à un flux de prises de rendez-vous trop élevé que vous n’arrivez plus à gérer tout seul.

Alors, comment gérer astucieusement vos rendez-vous afin de ne pas laisser échapper les contacts clefs qui pourraient vous permettre de booster votre business ?

Les défis de la gestion des rendez-vous

Nous avons déjà abordé dans plusieurs articles sur ce blog que les comportements des consommateurs en B2B ne cessent d’évoluer.

La principale raison est l’émergence de l’intelligence artificielle et des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les entreprises sont donc amenées à modifier leurs manières de prospecter et à adapter leurs systèmes d’organisation en fonction des nouvelles tendances technologiques.

Pourtant, sachez qu’il existe une chose qui ne change pas : un rendez-vous commercial est toujours important.

Que vous alliez échanger avec vos prospects en face-à-face, via une vidéoconférence, etc., un rendez-vous est toujours le meilleur moyen de réaliser une vente.

Mais si vous avez un grand nombre de prospects à traiter, le fait de gérer efficacement tous vos rendez-vous commerciaux n’est pas une chose aisée.

Adopter l’une des solutions suivantes vous permettra donc de diminuer vote charge de travail et surtout de ne manquer aucune opportunité commerciale.

Le recours à un collaborateur supplémentaire

Un collaborateur administratif peut prendre en charge les appels entrants et organiser les agendas en conséquence. Cette solution est pratique, mais elle est peu flexible et souvent coûteuse.

Lorsque vous embauchez une secrétaire, il faut lui accorder un minimum de temps pour sa formation. En choisissant cette option, vous ne pourrez pas également assurer un service à plein temps, par exemple, pendant la période creuse.

En outre, vous devez savoir que votre assistant.e n’a qu’une seule ligne téléphonique pour répondre rapidement aux demandes de vos prospects.

Sa tâche ne se limite pas également à la gestion de vos agendas ou vos réunions. Cette personne doit entre autres répondre au téléphone, rédiger des courriers, accueillir les visiteurs, etc.

En réalisant ces différentes tâches avec des moyens limités, elle risque donc de vous faire manquer de précieux rendez-vous.

L’externalisation de la gestion des rendez-vous

De nombreux prestataires externes vous proposent des services d’externalisation de votre relation client, y compris la prise de rendez-vous.

Cette solution vous fait bénéficier d’une plus grande flexibilité et d’une réduction des coûts liés à la gestion de vos prises de rendez-vous. C’est notamment pour cela que ce genre de prestation est actuellement très convoité par les commerciaux.

La solution la plus pratique est de faire appel à une société externe. Ce partenaire peut mettre à votre disposition un assistant à distance qui pourra sous-traiter la gestion de vos prises de rendez-vous.

Toutefois, cette alternative n’est pas sans risque. Il peut par exemple impliquer une certaine dépendance vis-à-vis de votre prestataire, ce qui rend souvent difficile son changement en cas de besoin. Dans certains cas, vous pouvez également perdre la maîtrise de l’image de votre entreprise ainsi que la confidentialité de vos informations.

gestion-prise-rendez-vous-crm-lead-center

Les apports du Lead Center

Un lead center est tout simplement un service commercial et technique externe ayant pour mission de vous aider à transformer vos leads (contacts commerciaux) en ventes. C’est une sorte de call center omnicanal qui associe solutions innovantes et expertise humaine pour vous permettre de gérer de bout en bout votre chaîne métier.

Comment un lead center opère-t-il ?

Quel que soit le canal utilisé, ce prestataire peut prendre en charge toutes les demandes entrantes de vos contacts commerciaux et les traiter dans les plus brefs délais.

Il peut également assurer d’autres tâches comme l’acquisition de clients jusqu’au service après-vente, en passant par la qualification des leads, la prise de rendez-vous, etc.

Et ce n’est pas tout !

En faisant appel à un lead center, vous aurez la possibilité de centraliser le traitement de vos contacts commerciaux dans un seul et même endroit. En un clic, vous pouvez donc savoir en temps réel d’où viennent vos leads, où se situent-t-ils dans votre tunnel de vente, où ils vont et comment les rediriger en cas de besoin.

Et si vous voulez avoir une meilleure traçabilité de vos leads, votre prestataire peut vous proposer des reportings entièrement accessibles via le web, partout et en permanence. Cela se fait à partir du moment où ils entrent en contact avec votre entreprise jusqu’à ce qu’ils soient susceptibles de passer à un acte d’achat.

Bref, au fur et à mesure que vos prospects avancent donc dans leur parcours d’achat, un lead center vous permet donc de leur offrir un meilleur traitement en vue de les convertir en leads qualifiés pour la vente.

La mise en place d’un assistant virtuel

Même si la plupart des rendez-vous sont pris via le téléphone, dans la plupart du temps, un assistant virtuel peut faire l’affaire.

Comment un assistant virtuel peut-il vous aider ?

Tout d’abord, sachez qu’un agent virtuel est un agent logiciel qui peut utiliser la reconnaissance vocale et des textes pour effectuer certains services pour vous.

Prenons l’exemple d’Amy, un assistant virtuel développé par une jeune pousse new-yorkaise. Dès que vous connectez votre agenda à cette application et mis à jour vos préférences, elle peut planifier vos réunions avec vos prospects de façon instantanée.

Et pourquoi ne pas adopter un chatbot ?

Un chatbot (robot conversationnel) est un logiciel capable de dialoguer avec vos prospects via une solution de messagerie.

En utilisant d’intelligence artificielle, telle que la reconnaissance des textes et de la parole, il peut comprendre leurs demandes et lancer des actions, comme la prise ou la confirmation d’un rendez-vous commercial, 24h/24 et 7j/7.

L’automatisation de la gestion des rendez-vous

De nombreux éditeurs de logiciels proposent aussi des interfaces qui peuvent vous aider à optimiser la gestion de vos rendez-vous commerciaux.

Certaines interfaces peuvent par exemple vous rappeler automatiquement à vos contacts l’heure (ou éventuellement le lieu du rendez-vous) par mail ou par SMS.

D’autres logiciels sont aussi capables d’afficher en temps réel votre emploi du temps. Grâce à cela, vos contacts commerciaux pourront réserver directement et à tout moment un rendez-vous.

Cela réduit la charge de travail de votre standard téléphonique et offre à vos prospects la possibilité de réserver à tout moment.

Certains logiciels peuvent même vous donner la possibilité de fixer un rendez-vous en ligne, via votre site internet, vos réseaux sociaux, etc.

Une fois le rendez-vous pris, confirmé ou annulé, ils peuvent donc envoyer des e-mails ou des SMS automatiques vers vous ou vos prospects.

L’autre avantage d’un logiciel de gestion de prise de rendez-vous est qu’il vous permet de gérer efficacement vos agendas et ceux de vos collaborateurs grâce à une seule et unique interface ergonomique et facile à utiliser.

Gestion de prise de rendez-vous : quelles solutions ?

Vous avez du mal à gérer vos rendez-vous ?

Vous aimeriez bien gagner un temps précieux à réduisant les ressources attribués à cette tâche ? Vous ne souhaitez rater aucune opportunité commerciale ? Vous avez maintenant à votre disposition quelques solutions pratiques pour y parvenir.

Si l’embauche de collaborateurs dédiés à cette tâche peut fonctionner, les limites sont bien réelles. Désormais, vous pouvez aussi adopter d’autres alternatives comme l’externalisation ou l’automatisation de la gestion de vos rendez-vous.

Après avoir pris connaissance des bons et des mauvais côtés de chaque solution, vous n’avez donc qu’à choisir celle qui s’adapte à votre activité.

5 exemples de mail de prise de rendez-vous

5 exemples de mail de prise de rendez-vous

L’action commerciale la plus importante qu’un commercial doit réaliser est l’obtention d’un rendez-vous. Le mail est un outil extraordinaire, simple et très efficace qui lui permet d’y parvenir.

Bien évidemment, l’email est moins formel que la lettre et il n’y a rien de plus facile que d’en envoyer un. Toutefois, pour que votre message soit lu, et surtout, pour qu’il vous permette de démarrer une relation commerciale, il doit aussi respecter quelques règles de rédaction.

Dans les lignes qui suivent, nous allons vous présenter 5 exemples de mail de prise de rendez-vous qui marchent à tous les coups.

Bonnes pratiques à connaître

Saviez-vous que lorsque vous envoyez un mail à une personne, il lui faut à peine trois secondes pour décider s’il va le lire ou non ?

Il est donc important de savoir rédiger des emails pertinents qui captent rapidement l’attention de votre destinataire.

Vous devez donc connaître les bonnes pratiques suivantes :

  • Objet du mail : Il doit contenir 5 à 7 mots maximum et être explicite et clair. Évitez donc les articles et les verbes conjugués.
  • Corps du mail : l’essentiel doit être renseigné en 15 lignes maximum. L’idéal est de faire cela en 5 phrases (saut de ligne compris). Gardez à l’esprit que c’est toujours la première phrase du message qui est mieux lue que celles qui suivent
  • Un e-mail ne doit véhiculer qu’une idée : Si vous avez plusieurs demandes à formuler, le mieux serait d’envoyer trois mails différents
  • Un minimum de politesse : Saluez toujours votre destinataire avant d’entrer dans le vif du sujet et à la fin de votre e-mail
  • Signez toujours votre message : Pour plus de praticité, vous pouvez utiliser la signature automatique.

On ne le dira jamais assez :

  • L’orthographe et la syntaxe de vos messages sont essentielles pour qu’il puisse attirer l’attention de vos destinataires
  • Utilisez les points d’interrogation, d’exclamation ou de suspension selon les règles de la ponctuation classique. Bien entendu, vous pouvez les remplacer par émoticônes en cas de besoin.
  • Dans votre message, seuls les hyperliens doivent être soulignés
  • Oubliez les abréviations du genre « SLT » pour salutations ou « CDLT » pour cordialement, car ils constituent une formule d’impolitesse
  • Enfin, penser à bien vérifier le destinataire et à relire le message avant de l’envoyer.

5 exemples de mail de prise de rendez-vous

Voici maintenant le parfait exemple d’un mail réussi. Vous pouvez les utiliser pour décrocher un rendez-vous commercial.

Exemple 1 : un email à froid

Bonjour (Nom du prospect),

J’ai constaté que le design de votre site internet est très élégant. Vos produits sont clairement mis en avant et vos contenus sont très engageants.

Par contre, j’ai remarqué une petite faiblesse : le référencement. Bien entendu, cela ne devrait pas poser problème, car c’est très simple à résoudre. Grâce à nos prestations en matière de SEO, vous allez augmenter la visibilité et donc le trafic de votre boutique en ligne.

Si cela vous intéresse, je peux vous expliquer cela plus en détail à l’occasion d’un rendez-vous.

Cordialement,

(Votre nom)

Exemple 2 : via LinkedIn

Bonjour (Nom du prospect),

J’ai consulté votre profil LinkedIn et constaté que vous travaillez aussi dans le domaine du (secteur d’activité).

J’ai également remarqué que votre site internet est bien présenté, mais il n’est pas vraiment adapté aux appareils mobiles.

Pourrions-nous voir prochainement pour que puisse vous aider à optimiser votre site internet et résoudre ce problème une fois pour toutes ?

Bien à vous,

(votre nom)

Exemple 3 : promouvoir votre site

Bonjour (Nom du prospect),

Récemment, vous avez publié un article de blog sur (thème de l’article). Il était passionnant, de même que votre ebook.

En revanche, il fallait cliquer plusieurs fois sur votre site pour pouvoir télécharger l’ebook. Grâce à un projet d’optimisation de la conversion sur le site, vous pouvez encourager vos visiteurs à télécharger davantage votre livre blanc.

Voici un article qui vous explique plus en détail l’intérêt de cette démarche (lien).

Souhaitez-vous que nous en parlions plus en détail ?

Cordialement,

(votre nom)

Vos prospects ont de fortes chances d’être sensibilisés à l’hameçonnage, donc n’écrivez pas de messages promettant monts et merveilles !

Exemple 4 : suite à un événement

Bonjour (Nom du prospect),

Je tiens à vous féliciter pour la réussite de votre entreprise lors du concours (évènement). À présent, vous devez probablement à concrétiser votre projet.

Les fondateurs d’entreprise comme vous ont cent fois plus de chance de lever des fonds puisqu’ils savent déjà comment acquérir efficacement des clients.

Seriez-vous d’accord pour un prochain rendez-vous afin que je puisse vous aider à réaliser votre projet ?

Bien à vous,

(votre nom)

Exemple 5 : pour du recrutement

Bonjour (Nom du prospect),

Sur LinkedIn, j’ai remarqué que vous cherchiez des commerciaux professionnels spécialisés dans la vente sur les réseaux sociaux.

En tant qu’expert commercial, je rencontre tous les jours des professionnels de haut niveau et je pourrais vous recommander quelques profils qui pourront vous intéresser. Si vous le voulez, je pourrai vous mettre en relation avec eux.

Souhaiteriez-vous qu’on en parle lors d’un prochain rendez-vous ?

Bien à vous

(votre nom)

Que peut-on ajouter ?

Vous avez probablement constaté que ces différents types de mails renferment des informations sur les prospects. C’est un point essentiel que vous devez aussi considérer, car cela vous permet d’adopter une approche personnalisée lorsque vous allez rédiger vos emails.

Si vous avez le même centre d’intérêt que votre prospect, n’hésitez pas à le mentionner dans votre message.

Il est également important de proposer quelque chose de concret dans votre contenu. Toutefois, n’oubliez pas que le principal objectif du mail n’est pas de vendre un produit, mais de décrocher un rendez-vous.

Pour finir, sachez que si vous devez formuler quelques critiques, le mieux serait de commencer toujours votre email par un compliment. Cela vous permettra d’adoucir les choses.

Voilà, vous avez maintenant quelques templates que vous pouvez adapter à votre activité. Ils constituent une source d’inspiration qui vous permettra d’améliorer votre manière d’adresser à votre destinataire en vue de décrocher des rendez-vous.

Et surtout, n’oubliez jamais de faire plusieurs tests et expérimentations pour déterminer les emails qui ont le plus de succès en fonction de vos prospects.

Je partage

Social addict ? Nous aussi !